LANCEMENT DU PACTE NATIONAL POUR AGIR ENSEMBLE CONTRE L'ILLETTRISME

Visuel
anlci
Introduction ou extrait
A l’occasion des 5èmes Journées Nationales d’Action contre l’Illettrisme (8-15 septembre), plus de 50 grandes organisations de la société civile fédérées par l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI) dont Lire et faire lire appellent à amplifier la mobilisation contre l’illettrisme
Corps de texte

Les transformations actuelles de notre société comme la révolution numérique ont un impact direct et concret sur le quotidien des personnes confrontées à l’illettrisme. Elles se trouvent de plus en plus en difficulté pour être autonomes dans des situations simples de la vie quotidienne. Il est donc fondamental que la parole et l’action des partenaires de la société civile engagés aux côtés des personnes concernées soient bien prises en compte afin d’offrir une plus grande efficacité à l’action. C’est un enjeu majeur pour la réussite du plan d’investissement dans les compétences et de la réforme de la formation professionnelle. A l’initiative de l’ANLCI, les membres de son Comité consultatif qui rassemble les partenaires de la société civile engagés contre l’illettrisme ont été invités à travailler ensemble tout le premier semestre 2018 sur les grands principes qui fondent leur action et sur lesquels ils se retrouvent par-delà leurs différences. Ce travail collectif a donné lieu à l’établissement du pacte national pour agir ensemble contre l’illettrisme qui est diffusé dans le cadre de la 5ème édition des Journées nationales d’action contre l’illettrisme pilotées par l’ANLCI.

« Faire reculer l’illettrisme, c’est agir pour une véritable émancipation, c’est agir pour que la société toute entière progresse. »

En France, l’illettrisme recule. Des solutions existent, ont fait leurs preuves. Elles sont le produit de l’engagement d’acteurs variés, aux compétences et contributions diverses, qui décident de se réunir autour de l’ANLCI pour faire cause commune et travailler ensemble. Mais l’illettrisme reste un problème majeur : 7 % de la population entre 18 et 65 ans sont concernés, soit 2,5 millions de personnes, dont la moitié exerce une activité professionnelle. Ces personnes s’expriment en français, ont été scolarisées, mais ne maîtrisent pas ou plus suffisamment les compétences de base et dissimulent leurs difficultés. Il est donc indispensable de poursuivre la mobilisation.

Fortes de leur diversité, de leur engagement de longue date, de leur proximité avec les personnes concernées, les organisations de la société civile aux sensibilités diverses fédérées par l’ANLCI affirment leur adhésion aux engagements réunis dans le pacte national pour agir ensemble contre l’illettrisme. Elles mesurent ensemble l’importance du chemin parcouru ces dernières années : les personnes sorties de l’illettrisme sont plus à l’aise dans leur vie quotidienne, au travail, elles sont plus en situation d’accéder à leurs droits sociaux, plus à même d’évoluer professionnellement, de faire face à des transformations, d’accompagner leurs enfants dans leur scolarité. Elles deviennent actrices à part entière de notre société et prennent le contrôle de leur avenir. Faire reculer l’illettrisme, c’est agir pour une véritable émancipation, c’est agir pour que la société toute entière progresse.

Voir ANLCI